Lockwood & Co
Netflix

Le réalisateur d'Attack the Block, Joe Cornish, signe une série de genre hyper-référencée, mais à la mythologie dense et passionnante.

Et si c'était eux, les héritiers de S.O.S. Fantômes ? Depuis quelques jours sur Netflix, une petite série fantastique anglaise vient chambouler le Top 10 de la plateforme. Lockwood & Co a débarqué sans faire de bruit, vendredi dernier, mais cette drôle d'histoire de fantômes commence doucement à murmurer à l'oreille des abonnés...

Le réalisateur anglais Joe Cornish est derrière ce conte néo-noir horrifique, mâtiné de teen drama. Un mélange des genres savamment amené, qui nous fait découvrir un monde alternatif, dans lequel les spectres ont débarqué sans prévenir et sont désormais partout, pour faire régner la terreur. Il y a quelques décennies, les ectoplasmes ont commencé à apparaître aux quatre coins de la Terre, tuant des millions de gens, comme un virus inarêtable. Le monde s'est adapté, a trouvé des armes pour les combattre et a découvert que des adolescents dotés d'aptitudes psychiques particulières étaient à même de les affronter... au péril de leurs vies. C'est ainsi que Lucy, jeune surdouée du contact surnaturel, s'est faite embaucher dans la petite entreprise du jeune et rebelle Anthony Lockwhood, hanté par son mystérieux passé...



Vous l'aurez compris, il s'agit bien ici d'une agence de Ghostbusters ! Lucy et Lockwood chassent les revenants à travers une Angleterre sombre et hantée. Une jolie manière de dépoussiérer les S.O.S. Fantômes de Ray Stantz et Peter Venkman, sans pour autant les renier. Il y a dans Lockwood & Co une foule de références délicieuses et de clins d'oeil malins aux vieux films d'Ivan Reitman. Une forme de révérance pour mieux reprendre le concept à son compte et le renouveler en profondeur, comme Joe Cornish avec déjà su le faire brillamment en réinventant l'attaque extraterrestre avec Attack the Block, en 2011.

Lockwood & Co
Netflix

Car Lockwood & Co ne fait pas dans la farce fantastique avec bouffe-tout et slime visqueux. La série ne ménage pas son entreprise d'angoisse et joue à fond la carte de la maison hantée avec portes qui claquent, spectres glaçants et jump-scares terrifiants. Joe Cornish a écrit une série qui fait peur, mais aussi une série éminemment fantastique, qui s'appuie sur une mythologie dense et incroyablement riche, qu'on découvre avec un appétit grandissant. Sur le chemin de son univers fantasmagorique, Lockwood & Co aurait pu nous épargner certains clichés et une certaine mièvrerie adolescente, de plus en plus inévitable sur Netflix.

Mais la série ne manque pas d'esprit et ses dialogues percutants permettent d'éviter qu'elle ne sombre dans une fadeur fatale. Grâce, essentiellement, à la performance épatante de la jeune Ruby Stokes. L'ancienne Bridgerton crève l'écran en enquêtrice du paranormal, charmante et charismatique, à la fois ténébreuse et pétillante. Une révélation venue d'ailleurs...

Lockwood & Co, 8 épisodes, sur Netflix depuis le vendredi 27 janvier 2023.

A lire aussi sur Première

Cet Avatar a de grands airs de fantasy (critique)

Et si Shyamalan avait vu juste ? La série d'animation prend vie avec cette deuxième adaptation, une série live action au souffle épique, visuellement spectaculaire, et pas tellement éloignée du film de 2010...

Griselda : une pure série à la Narcos (critique)

Un thriller mafieux en six petits épisodes, qui raconte l'ascension sanglante et fulgurante de la "Marraine" sur un rythme cocaïné : impossible de décrocher !