La Bulle
Netflix

Le tournage d’un film d’action avec des dinosaures volants sur fond de Covid et de confinement. Beaucoup trop long.

Judd Apatow vient confirmer un soupçon : le confinement est déjà un terrain de comédie complètement ringard. Après Connectés et 8 Rue de l’Humanité de ce côté de l’Atlantique, le réalisateur de 40 ans, toujours puceau vient donc coincer sa bulle dans La Bulle. Sur le papier, c’était pourtant marrant : un groupe d’acteurs tente de boucler le tournage du sixième volet d’une franchise d'action sur des dinosaures volants, le tout pendant la pandémie de Covid. Coincés dans un hôtel de luxe en Angleterre, ils craquent les uns après les autres… Le souci d’Apatow, au-delà de signer un film qui ne lui ressemble pas, c’est l’excès de confiance sur la durée : deux heures de comédie là-dessus ? Vraiment, Judd ? Évidemment, La Bulle explose à la moitié, une fois que tout le casting (très cool : Karen Gillan, David Duchovny, Keegan-Michael Key, Fred Armisen, Pedro Pascal, Iris Apatow…) a pu faire son numéro, et que les gags autour du Covid et du film dans le film ont été épuisés.

En quête de péripéties, le projet vire limite grotesque (Leslie Mann se fait exploser la main par un sniper, scène inexplicable) et on ne sait plus très bien sur quel pied danser. Les passages vraiment fendards se font rares - il y en quand même - et Apatow mène une étrange charge contre l’industrie - tellement bête qu’elle meurt sans le savoir -, peuplée d’acteurs à l’égo boursouflé, encore moins malins que des influenceurs TikTok. Tonnerres sous les tropiques avait déjà bien sondé le sujet, avec autrement plus de panache.

La Bulle, disponible sur Netflix. Bande-annonce :


A lire aussi sur Première

Cet Avatar a de grands airs de fantasy (critique)

Et si Shyamalan avait vu juste ? La série d'animation prend vie avec cette deuxième adaptation, une série live action au souffle épique, visuellement spectaculaire, et pas tellement éloignée du film de 2010...

Griselda : une pure série à la Narcos (critique)

Un thriller mafieux en six petits épisodes, qui raconte l'ascension sanglante et fulgurante de la "Marraine" sur un rythme cocaïné : impossible de décrocher !